Jean-Albert, Aux-Aussat

Jean-Albert, Aux-Aussat

Jean-Albert, 44 ans, père de Clémence, Aux-Aussat

« Je m’appelle Jean-Albert, j’ai 34 ans,…heu…non pardon, 44 ans. Je suis né à Miélan. Je suis un des derniers enfants à être nés à Miélan : la maternité a fermé juste après moi. Et je suis né à Miélan parce que mes grand-parents habitaient à Aux-Aussat. J’ai grandi et vécu dans les Hautes-Pyrénées puis je suis parti en Bretagne pour faire mes études d’agronomie. La Bretagne c’est gris et il pleut souvent ! La différence, c’est que dans le Gers, il pleut un tout petit peu, mais tous les deux jours !

Après mes études, j’ai travaillé en Bretagne pendant 4 ans et puis j’ai eu l’opportunité de redescendre dans le sud-ouest, d’abord dans les Pyrénées-Atlantiques puis dans le Gers. Je voulais travailler dans le sud-ouest parce qu’il y fait bon vivre, les Pyrénées sont pas loin, la mer est pas loin, l’Espagne est pas loin et puis on est bien ici. Et puis j’ai eu la chance de pouvoir revenir très vite, de trouver du travail puis de créer mon entreprise dans le Gers.

Avant, ici, il n’y avait pas d’autoroutes, maintenant il n’y en a pas non plus. Le Gers c’est un département enclavé, où l’on croit qu’on est mieux quand on est isolé mais ça porte préjudice à l’économie. Il faudrait que le Gers puisse avoir des routes, des trains, des grandes autoroutes pour pouvoir développer l’économie. Après le Gers est un département touristique, de gastronomie. Il y a beaucoup de produits gastronomiques qui peuvent être vendus un peu partout et il y a beaucoup de culturel aussi.

Le danger est que le département reste un peu enfermé sur lui-même. Par contre, s’il y a une dynamique pour créer de l’emploi, pour que les entreprises et des gens viennent s’installer, et bien cela sera un département très dynamique, avec beaucoup d’atouts. »

Clémence

Le plus récent
Le plus ancien